Classer, dominer

L’idéologie dominante nous enjoint de tolérer l’Autre. Il est question dans ce livre de divers Autres, les femmes, les homos, les Arabes, les Noirs. Leurs modes d’oppression ont un point commun : leur statut inférieur s’explique par leur altérité. S’ils sont là où ils sont – en bas –c’est parce qu’ils sont différents. L’injonction humaniste à les tolérer émane des Uns, ceux qui ont le pouvoir de nommer, de classe, d’envoyer des groupes entiers dans une catégorie idéologique et matérielle, celle qui les rend différents des Uns, puis dénonce cette différence comme un stigmate.

La révolte des Autres contre ce statut est tenue pour une menace contre l’universel que les Uns – concrètement dans nos sociétés aujourd’hui les hommes blancs et hétérosexuels – prétendent incarner. Les Autres ont le devoir d’être discrets ;  de ne pas trop exhiber le stigmate que les Uns leur ont imposée ; en même temps ils ne peuvent pas le cacher. Ce qui leur est interdit c’est de le revendiquer avec fierté, ou d’essayer de s’en défaire, car  ce stigmate est dit naturel.

Parité, combats des féministes et des homosexuel.les, Afghanistan, Guantanamo, loi sur le foulard à l’école, Indigènes dans la société post-coloniale : autant de marqueurs de la domination que ce livre décrypte à rebrousse-poil des interprétations convenues.

La Fabrique, 2008

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s