Harcèlement de rue : L’INSECURITE AU QUOTIDIEN

Interview de Marie Laguerre par Francine Sporenda

Marie Laguerre a 22 ans, elle est ingénieure diplômée en génie civil et étudiante en architecture. Elle est basée à Paris et suite à son agression, elle a créé le site http://www.noustoutesharcelement.fr recueillir les témoignages des victimes de harcèlement sexuel dans l’espace public.

FS : Pouvez-vous nous rappeler quelques points importants de votre confrontation avec votre agresseur ? Quelles paroles a-t-il prononcées, quels bruits a-t-il faits (certains commentaires disent que la vidéo met en évidence qu’il n’a pas eu le temps de faire ce dont vous l’accusez). Quelle a été la réaction des personnes qui ont vu ce qui s’est passé, et comment avez-vous pu récupérer la vidéo qui incrimine votre harceleur ?

ML : Je voudrais tout d’abord parler de la confrontation avec mon agresseur au tribunal. Il n’y a pas eu de confrontation directe au commissariat, parce que je n’ai pas eu besoin de l’identifier donc j’ai préféré éviter de me trouver dans la même pièce que lui. Au tribunal, son attitude était intéressante, il était très fier de lui, il a croisé le regard de mon avocate, et il lui a dit « pourquoi tu souris ? » Je l’ai regardé, il m’a regardée, on s’est regardés jusqu’à ce qu’il détourne les yeux. Quand il a parlé, il a justifié son acte – en disant que je l’avais aguiché. Que j’avais fait exprès de marcher devant lui, que je me dandinais. Et que lui, il aurait juste dit : « le rouge te va bien ! » Donc qu’il s’agissait d’un compliment. Mais moi je n’ai jamais entendu ça. Je pense qu’il n’a pas du tout conscience de la portée de son acte, lorsqu’il siffle des femmes dans la rue.

Il avait bien commencé, il a dit qu’il s’excusait, mais il a continué en disant qu’il aurait dû « utiliser des mots pour me donner une meilleure leçon de vie ». Donc il se voit comme étant dans son droit, et qu’il fallait me donner une leçon. Il en est convaincu, et il ne voit pas sa façon d’agir initialement comme pouvant être vécue comme une agression par les femmes ; il ne voit pas la légitimité de ma réponse, qu’il voit au contraire comme le légitimant à frapper une femme. Tout ce qu’il a dit, toute son histoire traduit un gros problème avec les femmes. Il a grandi sans père, et il y a peut-être le fait que quand les enfants grandissent alors que les pères ont abandonné leurs responsabilités, ça peut avoir des conséquences. Il a battu sa mère, il l’a frappée au point qu’elle a peur de lui. En fait, il est sans domicile parce que sa mère l’a mis dehors. Ce que l’on sait aussi, d’après une déposition qui n’a pas été lue en public, c’est qu’il a aussi frappé son ex-petite copine, ils se sont disputés, elle l’a insulté donc il l’a frappée. Je pense que tout ça traduit un gros problème avec les femmes. Un problème d’ego et de masculinité toxique, typiquement : je suis le maître, on me répond, donc je tape. Il y a un problème aussi avec l’autorité, puisqu’il a eu des problèmes aussi avec son agence d’intérim ; avec les gens avec qui il interagit, il y a chez lui une impulsivité, une violence.

FS : C’est quelqu’un qui a l’habitude de battre les femmes, puisqu’il a battu sa mère et sa petite amie.

ML : Voilà. Et en plus il justifie de m’avoir frappée parce que selon lui, j’aurais insulté sa mère, parce que je l’ai traité de « fils de pute » après qu’il m’ait jeté le cendrier – je lui ai dit « t’es fier de toi, gros fils de pute ? » Je n’aime pas du tout cette insulte, mais quand on réagit avec l’adrénaline et très rapidement, on ne choisit pas nécessairement les mots qui sortent, ce sont des réflexes. J’aurais aimé dire autre chose – et loin de moi l’idée de vouloir insulter sa mère. C’est intéressant, parce qu’il frappe sa mère, et derrière il ne veut pas qu’on l’insulte et il me frappe parce que je l’aurais insultée…

FS : Tous les prétextes lui sont bons pour justifier sa violence…

ML : Ça peut être aussi quelqu’un qui a du mal à exprimer ses émotions, ça résonne avec les garçons qui sont élevés à réprimer leurs émotions, qui ne peuvent pas pleurer etc.

FS : Mais qu’est-ce qu’il vous a dit exactement ?

ML : Moi, je n’ai pas entendu de mots, je n’ai pas entendu d’insultes, il a juste fait des bruits. Des bruits qui étaient très difficiles à répéter. Je peux juste dire que c’était humiliant et dégradant, un peu comme on siffle un chien. J’étais ramenée à mon corps, à un objet. Des coups de langue, plusieurs sifflements…

FS : C’était sub-humain comme mode de communication, il ne vous parlait même pas : des bruits, des onomatopées , des monosyllabes ?

ML : C’est ça. Pour répondre à ceux qui disent qu’il n’a pas eu le temps de faire tout ça, ces bruits, ces coups de langue, les témoins les ont entendus et les ont vus. Il y a une femme, avant même que je dise « ta gueule », qui était assise en terrasse, qui a vu les coups de langue, entendu les sifflements et a trouvé ça humiliant. Mais tout ça s’est passé extrêmement vite. Sur la vidéo, on voit que je me retourne, et à ce moment-là, j’ai déjà dit « ta gueule ». Et à ce moment-là, il a déjà dit : « t’as dit quoi, t’as dit quoi ? » Tout ça va très vite mais ça paraît très long quand on est dedans. Avec l’adrénaline, ça m’a paru une éternité. Les gens qui remettent en question mon récit, ça montre à quel point il y a une remise en question constante de la parole des femmes. J’ai dit la vérité, pas besoin d’inventer, on se fait déjà assez agresser. C’est très important pour moi d’être très précise dans ce que je dis, tout simplement parce que je sais qu’en tant que femme, si j’avais exagéré, dit une chose de travers, je savais que si on retrouvait des témoins qui disent autre chose, ça pouvait se retourner contre moi. Et je sais à quel point on nous attend au tournant. Donc pour moi c’était très important d’être totalement honnête. Par exemple, dès le début, j’ai mentionné que j’avais dit « fils de pute !» mais ça, les médias ne l’ont pas relayé.

FS : Oui, je ne me souviens pas d’avoir lu ça…

ML : Peu de médias l’ont dit, peut-être le New York Times. Mais moi j’assume à 100% avoir répondu parce que j’estime être légitime à le faire. Alors oui, la réponse était une insulte…

FS : On attend toujours des femmes qu’elles encaissent, qu’elles s’écrasent. Ce n’est pas possible de toujours s’écraser… La vidéo, c’est le patron du café qui vous l’a communiquée, c’est ça ?

ML : C’est le patron de ce bar qui m’a communiqué la vidéo quand je suis revenue sur les lieux environ 20 minutes après. J’habite juste à côté, donc je suis rentrée chez moi en pleurs et en état de choc, et je suis revenue sur les lieux 20 minutes après pour essayer de retrouver des témoins pour pouvoir porter plainte. Et là, un serveur m’a dit « tu as le numéro du patron ? Parce que le patron a accès à la vidéo, et peut être qu’on voit ce qui s’est passé sur la vidéo. » C’est comme ça que j’ai eu la vidéo.

FS : Comment les témoins ont réagi ?

ML : Quand l’agresseur s’est éloigné, ils se sont levés pour être sûrs qu’il ne revenait pas pour me frapper à nouveau. Il y en a un – on le voit sur la vidéo – qui a attrapé une chaise. Moi, à ce moment-là, j’étais en état de choc, je suis restée droite, je l’ai regardé, mais tout s’emmêlait dans ma tête. C’est en regardant la vidéo que j’ai vraiment réalisé ce qui s’est passé. L’agresseur était violent, il menaçait de frapper les témoins qui voulaient s’interposer, il disait que j’avais insulté sa mère… Il y avait une impulsivité, une violence… Mais là, clairement, les témoins ont réagi, par rapport à d’autres agressions. Souvent, dans les transports en commun, les gens ne réagissent pas. Là – on le voit sur la vidéo, ils se lèvent, ils sortent de leur bulle personnelle. Après, ce qu’on aurait dû faire – et je n’y ai pas pensé – c’est d’appeler la police. Mais est-ce que la police serait venue ? Je ne sais pas.

FS : Je suppose que vous vous faites souvent harceler dans l’espace public. Si c’est le cas, quel impact ce harcèlement sexuel a-t-il sur votre mental et votre comportement ?

ML : D’abord, en termes de fréquence, c’est arrivé beaucoup plus à Paris mais ça m’arrivait aussi quand j’habitais à Rennes ou à l’étranger, au Cambodge où j’ai vécu.

FS : Mais à vos yeux, c’est quand même Paris qui est le pire…

ML : Oui définitivement. Mais c’est peut-être lié au fait que je sors plus à Paris, je suis plus souvent dans la rue à Paris, alors qu’à Rennes, j’étais sur mon campus. Ma meilleure amie habite près de La Rochelle, et elle se fait embêter énormément dans la rue. Donc même à la campagne, ça existe, c’est pareil partout. Pour ce qui est de l’impact que ça a, ça influence définitivement ma façon de m’habiller. J’essaie généralement de m’habiller comme je veux, mais parfois – ou souvent – je modifie ma tenue, par lassitude de me faire embêter dans la rue, par envie d’être laissée tranquille. Comme par exemple, ce jour où j’ai été lourdement insultée, entre autres de « sale pute », par un homme pour avoir soutenu son regard libidineux d’un air de « mais tu fais quoi là ? ». Il a fini par partir en me faisant des bras d’honneur, ce n’est pas allé plus loin cette fois-là. Mais après cet événement – cette agression, je n’ai pas eu la force de sortir en robe légère, en plein été et en pleine chaleur. (Et finalement je venais de me faire insulter en pantalon, donc je ne pense même pas que les habits y changent grand-chose…) Je n’avais pas la force de supporter ça de nouveau, parce que c’est un traumatisme à chaque fois. Et je m’en suis voulu, je mourrais de chaud, ça m’a mis encore plus la rage, de ne pas avoir pu porter ce que je souhaitais.

Quand je sors le soir, j’ai peur. Ça m’est arrivé de tenir ma clé entre mes mains en rentrant chez moi. J’ai peur quand je rentre la nuit dans mon quartier. J’ai peur quand je passe devant un groupe d’hommes, ou d’adolescents. Clairement, je suis sur le qui-vive. Maintenant, je mets mes écouteurs dès que je sors, je suis tout le temps sur le qui-vive et ça me prend une énergie psychique très importante, ça me fatigue, ça me crée une angoisse, et physiquement ça m’épuise. Je ne suis pas à l’aise dehors, particulièrement dans mon quartier où il y a beaucoup d’hommes qui traînent dehors – surtout en été. Je suis dans un quartier où il y a des prostituées, donc ça impacte les autres femmes. On me regarde, on me jauge, ils se sentent un droit et une légitimité à me regarder, ils font des trucs qui me font sentir inconfortable, je ne me sens pas la bienvenue dans la rue, je me sens comme un morceau de viande. Depuis l’agression, c’est vraiment une source d’angoisse pour moi de rentrer. Quand je rentre la nuit, il m’est arrivé de me mettre à trembler, de paniquer, de partir en crise de panique, et dans ce cas, je suis obligée d’appeler une amie qui m’aide en restant avec moi au téléphone pendant les 200 mètres qu’il y a entre le métro et chez moi. Depuis l’agression, ça m’arrive de sursauter dès qu’il y a un bruit, et dès qu’il y a un homme qui parle un peu fort, je ne sais plus comment réagir. Tout de suite, j’ai le cœur qui bat, et je n’arrive plus à réfléchir. Je ne sais pas comment il va réagir, j’ai peur qu’il réagisse impulsivement. Quand on entend des « bonjour mademoiselle », « vous êtes jolie » etc., ce n’est pas ouvertement humiliant, mais on sait que si on ne répond pas, ça peut dégénérer. Quand, en pleine journée, on répond à un homme et qu’on se fait frapper, ça marque. Et au-delà de ma propre expérience avec les harceleurs, j’en parle beaucoup avec mes amies, et elles ont toutes eu une/des expériences hallucinantes, humiliantes, rageantes. Il y a les histoires qu’on me raconte, et tout ce que je récolte sur internet : ce n’est pas juste mon expérience personnelle qui me rend légitime d’en parler, c’est tout ce que j’ai pu lire, entendre et discuter.

FS : Certains identifient ces comportements comme de la drague lourde. Pensez-vous que les hommes qui ont ces comportements avec les femmes veulent vraiment les convaincre de sortir avec eux ?  Certaines féministes disent qu’il s’agit en fait, en les humiliant et en les agressant, de rappeler aux femmes qui est le boss. Qu’en pensez-vous ?

ML : Mon agression prouve que ce n’est pas de la drague mais de la domination – puisque, si on dit non, on peut se faire frapper. Si c’était de la drague – qui est quelque chose de partagé – on devrait pouvoir dire non sans se faire insulter ou frapper. Ça instaure un rapport de domination, pour se sentir viril, pour placer les femmes dans le rôle qu’eux pensent qu’on devrait avoir : des proies, des trophées. Ça nous ramène à notre corps, ça nous enlève notre humanité, qui nous sommes en tant qu’humaines, et pas juste en tant que représentation masculine. Ça nous enlève ce qu’on a à dire, notre personnalité. Oui je suis d’accord avec ce que ces féministes disent : c’est pour rappeler qui est le boss – clairement, pour remettre les femmes à leur place. Parce que ça dérange certains hommes qu’on se mette à vivre librement, qu’on prenne confiance, qu’on récupère notre corps aussi : au lieu qu’il soit sexualisé, qu’il soit utilisé par autrui, qu’il soit là pour plaire aux hommes et à leur disposition, on en prend possession, et ça leur fait peur. Maintenant, on a une éducation, on s’émancipe, et ils n’acceptent pas qu’on se comporte comme leurs égales – parce que beaucoup d’hommes ne sont pas encore vraiment convaincus que les femmes sont leurs égales. Les hommes qui disent que c’est de la drague lourde, j’ai envie de leur dire « non mais attendez, nous sommes des femmes, et nous sommes capables d’évaluer s’il s’agit d’humiliation ou de respect ». Quand on est une femme, on le sent quand on s’adresse à nous avec telles ou telles intentions, on le sent quand on est respectées, on le sent quand on s’adresse à nous avec mépris ou condescendance et que nous sommes humiliées – à moins d’avoir profondément intégré le sexisme, comme c’est le cas pour beaucoup malheureusement. Quand des hommes m’ont draguée de façon polie – même si mon avis personnel est que ça m’importune – je marche dans la rue, je dois enlever mes écouteurs, je suis fatiguée, j’ai envie de rentrer, mais je passe 15 minutes à leur parler poliment parce que je suis gentille : donc oui si c’est respectueux, je réponds.

Mais la drague dans la rue, même si c’est respectueux, c’est pénible, on ne drague pas dans la rue, parce que c’est dérangeant et désagréable pour beaucoup de femmes : on ne sait pas ce qui va se passer, si ça va escalader, devenir violent après un refus, ce n’est pas vraiment le bon lieu pour ça. Ce sont les femmes qui peuvent estimer si ce qu’on leur dit est lourd, ou humiliant et dégradant. Franchement, ça nous fait ch..r. Et si on le dit, c’est que ça l’est, ce n’est pas aux hommes de décider de nos perceptions à notre place, juste pour défendre leur droit de draguer dans la rue. Il y a plein d’autres endroits pour ça. Si les femmes disent qu’elles ne se sentent pas en sécurité, il n’y a pas à discuter. S’ils ne le comprennent pas, qu’ils parlent à leur mère, leur fille, leurs sœurs – peut-être qu’ils comprendront mieux s’ils ont peur pour elles. En tout cas, les comportements comme celui que j’ai subi lors de mon agression, ne relèvent pas de la drague lourde, c’est du harcèlement et de la domination.

FS : Certains coms masculins disent que c’est votre faute si vous avez reçu une gifle : vous avez mal parlé à votre agresseur, vous n’auriez pas dû insulter celui qui vous a agressée. Que pensez-vous que cela dit du comportement (déférent) que des hommes attendent des femmes ? Avez -vous l’impression que non seulement ils perçoivent comme intolérable qu’une femme leur tienne tête mais qu’ils ressentent le simple fait de se défendre comme une agression ?

ML : Il n’y a qu’à voir les manuels qui prescrivaient aux femmes comment se tenir il y a cinquante ans : ne pas prendre trop de place, laisser parler l’homme, rester douce, ne pas trop parler, ne pas parler trop fort, ne pas répondre – c’est encore vrai aujourd’hui. Encore une fois, c’est toujours un rapport de domination, les hommes attendent des femmes qu’elles soient soumises et c’est une norme de traiter une femme comme ça, et c’est parce qu’ils ont été éduqués comme ça – la culture patriarcale, les représentations qu’elle véhicule sur les femmes, la culture du viol, c’est ce qu’ils ont vu en grandissant, ce sont les messages qu’ils ont intégrés, et ça les pousse à traiter les femmes comme ça. Et il y a les injonctions à être viril, qu’il faut coucher avec des femmes pour être viril – tout ce formatage patriarcal. Donc pour eux, c’est la norme : ils sont dans leur droit, et quand on leur répond – ce qui est légitime – ils reçoivent ça comme une insolence, un peu comme un enfant qui répondrait à son père, ou à son professeur – et ça traduit bien ce rapport de domination/soumission – leur conviction que les femmes sont inférieures aux hommes.

Beaucoup de personnes qui croient que les femmes sont inférieures aux hommes usent d’un langage codé : elles vont parler de complémentarité, d’équité pas d’égalité, etc. Que les hommes sont plus forts, qu’on est plus faibles parce qu’on porte la vie, qu’il faut nous protéger etc. Tout ça est ridicule mais c’est encore très présent dans l’esprit de beaucoup de personnes, dans l’opinion commune. Peut-être certains pensent-ils qu’on devrait être flattées, ils voient ça comme un compliment, ça semble être le cas de mon agresseur : ils se pensent tellement supérieurs qu’on devrait être flattées de leurs moindres marques d’attention. Cette hiérarchisation, c’est intolérable ; on a le droit de répondre au harcèlement et aux agressions sexuelles, d’autant plus que c’est quelque chose de systématique, ce ne sont pas des incidents isolés, des cas individuels. En fait, c’est très important de répondre, on est d’autant plus légitimes à le faire que c’est quelque chose qui est hyper banalisé. Vu la banalité de ce harcèlement, c’est de la légitime défense, et c’est violent de nous refuser le droit à la légitime défense. Il faut répondre, parce que c’est normal pour eux de s’adresser aux femmes comme ça – et il faut contester cette norme. Cette norme dans laquelle nous ne sommes représentées que comme des partenaires sexuelles, des épouses ou des mères, mais pas ou pas assez comme des êtres humains. Ils ne nous voient pas comme une avocate, une professeure, une ingénieure, ou une policière…

FS : Ce qui est paradoxal d’ailleurs, parce que maintenant, les femmes sont beaucoup plus diplômées que les hommes…

ML : Tout à fait, on est meilleures à l’école, on est plus diplômées, mais ils ne veulent nous voir que comme objets sexuels, épouse ou mères…

FS : Vous avez fait, sous le titre de « backlash » une compilation des commentaires insultants qu’on vous a adressés sur les réseaux sociaux suite à cette agression. Pourquoi vous semble-t-il important de publier ces coms haineux ?

ML : On peut faire un parallèle avec le harcèlement de rue. Comme pour le harcèlement de rue, il y a sur internet une impunité des hommes et un anonymat qui les protège. Le cyberharcèlement des féministes, beaucoup de personnes ne savent pas que ça existe, et c’est pour ça que c’est important de le dénoncer. Dans la rue, les gens peuvent avoir la réaction qu’il faut ignorer ça, passer outre. C‘est la même chose sur internet, on me dit « ignore, ne regarde pas, ne répond pas ». Sauf qu’on ne peut pas, parce que c’est des messages personnels, on ne peut pas ne pas les voir. Au lieu d’ignorer, j’ai décidé de réagir, de ne pas me taire, de dire « ce n’est pas normal » . Je ne vais pas arrêter d’utiliser internet, je ne vais pas me taire, je veux les dénoncer pour que les gens prennent conscience. Et moi, parce que ça m’avait atteint, publier ces messages m’a aidée à gérer ces attaques. Ces commentaires, c’est toujours les mêmes clichés sur les femmes qui reviennent : ils doutent de la véracité de l’agression, les femmes mentent, il y a les théories du complot, on fait ça pour attirer l’attention, les attaques personnelles, on m’accuse de « m’habiller comme une prostituée ». En plus, c’est terrible pour les prostituées, ça signifie qu’au regard de leur habits, on peut les agresser. Ces commentaires sont incroyablement bas de gamme mais ils montrent comment toute une partie de la population nous voit, il y a une culpabilisation et une haine des femmes profonde. Et bien sûr, des menaces de viol et de mort – et là-dessus, on ne peut pas fermer les yeux. Donc c’est très important de dénoncer.

FS : Ces hommes qui postent ce genre de commentaires très misogynes, comment vous les voyez ? Je les vois plutôt comme des hommes qui se rêvent mâles dominants mais qui ne le sont pas du tout dans leur vie, et qui se sentent donc d’autant plus menacés et humiliés par des femmes qui leur passent devant et qui réussissent mieux qu’eux. Parce que justement, ils n’ont qu’une seule carte à jouer : le fait qu’ils sont des hommes.

ML : J’avais la même théorie, et je pense qu’elle trouve sa place dans le champ des haineux. En effet, je pense qu’il y a des hommes frustrés, qui ont été rejetés par des femmes, qui ne trouvent pas leur place dans la société – et au lieu d’essayer de comprendre pourquoi, ils vont rejeter la faute sur les femmes. Ce sont des misogynes et clairement leur niveau de réflexion est bas. Ce n’est pas forcément des « bacs moins cinq », on peut être éduqué et avoir sur les femmes un niveau de réflexion très faible. J’ai vu que, d’après une étude, les hommes qui seraient les plus susceptibles de poster ce genre de commentaires misogynes seraient des médecins et des coachs sportifs ! Les médecins, ça ne m’étonne pas du tout quand on voit le sexisme violent qui règne en fac de médecine. Au contraire, ça peut être des hommes parfaitement intégrés dans la société, mais ils ont tellement intégré le sexisme qu’ils ne le perçoivent pas comme une injustice mais comme une norme – pour eux, la hiérarchisation entre hommes et femmes et la supériorité masculine sont une évidence. Je pense aussi qu’il y a une bonne poignée de petits crétins de jeuxvideos.com, on les reconnait facilement. Ce sont des gens qui sont tristes, frustrés, remplis de haine – mais ils sont dangereux – et ce sont des lâches.

FS : Et sur l’absence de sororité ? Parce qu’il y a pas mal de femmes qui vous critiquent.

ML : Sur cette question, je vais juste vous renvoyer vers un article publié sur le site Egalitaria dont le titre est « Les copines du patriarcat » https://egalitaria.fr/2018/06/09/les-copines-du-patriarcat/. J’avais lu l’extrait que Léocadia Médès avait posté sur Facebook, et je trouvais les raisons qui étaient données pour ce manque de sororité excellentes. Intériorisation du système sexiste, volonté de se protéger, frustration, jalousie, reproduire les oppressions qu’elles ont vécues, et le fait que ça soit trop violent d’ouvrir les yeux, trop dur de prendre conscience. C’est un bon résumé.

FS : Que pensez-vous de la loi Schiappa sur le harcèlement, et de ceux qui affirment qu’un « regard appuyé » suffira désormais pour être verbalisé ?

ML : Pour nuancer, je pense que c’est bien qu’il y ait des choses qui soient mises en place dans la justice, mais que ça doit accompagner un changement de mentalité. Et que pour ce changement de mentalité, il faut mettre l’accent sur l’éducation et la formation pour que soit remise en question l’éducation qu’ont reçue les garçons. Ça, c’est fondamental, et on ne le fait pas assez, il n’y a pas assez de moyens qui sont débloqués. Et aussi, en parlant avec les personnes que j’ai rencontrées dernièrement, je pense qu’il n’y a pas assez de contacts et d’échanges entre les associations féministes et le gouvernement. Ce serait la grande cause du quinquennat mais au quotidien, ça ne se traduit pas, donc on pourrait peut-être faire plus.

Et le « regard appuyé », ça revient à ce que je disais sur l’éducation :les hommes ne comprennent peut-être pas qu’un regard appuyé peut être reçu par nous comme violent, une violence certes légère mais qui nous fait sentir pas en sécurité, dérangée, ramenée à un morceau de viande, notamment car il s’inscrit dans un contexte patriarcal avec des violentes systématiques faites aux femmes. S’ils ne sont pas capables de comprendre ça, c’est là que ça renvoie à l’éducation. Il faudrait que, dès le plus jeune âge, les petits garçons soient éduqués à comprendre ces réactions, éduqués au respect, comment ne pas considérer les femmes comme des objets, que les violences soient expliquées, en débattre à l’école… Les responsabiliser tout simplement, leur faire confiance. Parce qu’après leur avoir donné les clés, leur avoir expliqué, montré les chiffres et la réalité, quand ils feront leurs propres choix, ils ne pourront pas dire qu’ils ne savent pas ce que ça nous fait, ces bruits, ces sifflements et ces regards appuyés. S’ils ne sont pas capables de comprendre qu’un regard appuyé, ce n’est pas un geste anodin, c’est intrusif, et que c’est tout un système d’oppression qu’il y a derrière, l’éducation parait plus que nécessaire. Les hommes ne comprennent pas l’impact que ça a sur nous et sur nos vies, tout ce qu’on doit subir quand on est une femme, le fait qu’on ne sente pas en sécurité quand on croise un groupe d’hommes dans la rue. C’est d’ailleurs grâce à Caroline qui avait posté la vidéo où elle se faisait insulter dans la rue à Strasbourg que je m’en suis rendu compte. J’avais vu dans un article qu’ils avaient réussi à contacter les mecs qui l’insultaient. Selon eux, cette femme les « regardait mal » et ils se demandaient : « mais qu’est-ce qu’elle veut, celle-là ? ». Mais elle, dans sa version des faits, elle raconte que c’est eux qui la regardaient, et elle n’a fait que les regarder aussi. A aucun moment, ces hommes ne se sont dit que le fait qu’ils soient plusieurs hommes à la regarder, ça puisse la faire se sentir pas en sécurité… Beaucoup d’hommes ne réalisent pas, il y a un manque de compréhension. Je pense que c’est un point intéressant sur lequel travailler.

FS : Mais est-ce que vous ne pensez pas qu’il y a des hommes qui adoptent ce mode de comportement harceleur justement parce qu’ils adorent créer ce sentiment de peur chez les femmes ? Ça les excite, ils en jouissent.

ML : Oui, et ça on le voit avec la pornographie, parce que la pornographie, c’est clairement l’humiliation des femmes, et qui est d’ailleurs totalement banalisée. Oui, il y a des hommes qui harcèlent pour nous humilier et nous rabaisser. Parce qu’il y a une profonde haine des femmes dans les sociétés patriarcales. Je laisse tout de même le bénéfice du doute à la majorité des hommes, comme mon père, qui ne se rendait pas compte de la gravité du harcèlement que nous vivons au quotidien, et qui a beaucoup d’empathie et qui veut que ça change, sans forcément savoir comment faire. J’ai reçu énormément de messages d’hommes qui veulent que ça change. Mais il y en a d’autres qui sont dans la domination, l’humiliation, la dégradation, qui prennent des photos volées de femmes nues etc. Et il y en a beaucoup dans ma génération.

FS : Oui, la génération pornifiée…

ML : On le voit quand on en parle entre amies. Des hommes qui reproduisent des choses qu’ils ont vues dans le porno, qui veulent imposer des actes sexuels dégradants, qui refusent notre « non », qui insistent lourdement, j’en ai eu dans ma vie. Et il y a la pression qui existe pour les filles de notre âge de coucher très rapidement. Dans ma génération, on est censées être un peu plus évoluées mais ce n’est pas le cas. C’est pour ça qu’il faut absolument ouvrir le débat chez les jeunes, quand ils sont très jeunes sur le respect et plus tard sur la sexualité.

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2018/09/23/harcelement-de-rue-linsecurite-au-quotidien/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s