Jacqueline Gwynne : J’ai été réceptionniste dans un bordel légal…

Et ça m’a fait comprendre que la prostitution est tout sauf un travail normal

Les médias glamourisent la prostitution et propagent l’illusion que c’est sexuellement libérateur pour les femmes. Et les lobbyistes de l’industrie du sexe affirment que c’est juste un travail comme un autre. Pendant longtemps, j’ai accepté ça sans me poser de questions.

J’ai travaillé comme réceptionniste dans un bordel légal à Melbourne, Australie, pendant deux ans, et je disais alors des choses comme : « ces femmes ont choisi de faire ce travail », « les clients sont gentils », « c’est juste un job, c’est comme de faire des massages », et « c’est mieux que de griller des burgers dans une cuisine étouffante et graisseuse ». C’était mon instinct de survie qui parlait et c’est comme ça que les femmes prostituées peuvent tenir le coup jusqu’au bout de la nuit. Vous vous répétez que c’est ok, et vous pensez à l’argent. C’est ce que vous devez faire pour survivre dans une situation difficile, et pour ne pas vous sentir trop nulle.

En fait, il n’y a rien de normal ou d’empowering dans la prostitution. Mais je n’ai pu le dire ouvertement qu’après avoir quitté la prostitution.

Je préparais alors un diplôme d’art et j’étais convaincue que le « travail du sexe » était une carrière valable et excitante pour les femmes. J’en étais tellement convaincue que je voulais écrire un roman sur l’industrie du sexe. J’ai écouté les témoignages de femmes prostituées, et j’ai décidé que le titre serait « Le pot de miel (The Honey Pot) ». Mais je n’ai pas pu arriver au bout. Il y avait quelque chose qui ne marchait pas. J’avais beau essayer, je ne pouvais pas arriver à présenter cette vie comme un choix empowering pour les femmes, et j’ai dû abandonner. J’ai commencé à voir que la prostitution était sombre, dangereuse et sordide. Même travailler en tant que simple réceptionniste dans un bordel légal haut de gamme, c’était horrible. J’ai peur d’imaginer la situation des femmes qui se prostituent dans des bordels illégaux, des mineures trafiquées, de celles qui ne parlent même pas Anglais et n’ont pas d’autre choix.

Laissez-moi vous expliquer ce que c’est vraiment d’être dans un bordel légal, et vous déciderez par vous-même si c’est vraiment un job normal.

Ne pas avoir d’expérience est un avantage

Une jeune femme peut littéralement débarquer dans un bordel légal à Melbourne et commencer à travailler immédiatement. Zéro vérification de son CV, pas besoin de références ni de qualifications, pas de formation exigée. Tout ce qu’il faut, c’est une pièce d’identité qui ait l’air à peu près valide. En fait, la direction s’en fichait qu’elle soit valide ou pas, et de toute façon, il n’y avait aucun moyen de le vérifier.

Les femmes étaient censées avoir au moins 18 ans, mais c’est facile de se procurer de fausses pièces d’identité sur internet. Peu de temps après mon départ du bordel, il a été fermé parce qu’il y avait une fille de 14 ans qui y travaillait.

Plus vous êtes jeune et vulnérable, moins vous avez d’expérience, et plus vous ferez d’argent. N’importe quelle réceptionniste de bordel vous dira que la question la plus fréquemment posée par les clients est : « quel âge a la plus jeune ? » Ils les aiment aussi jeunes que possible – parce qu’il est plus facile de leur faire faire des choses qu’elles ne veulent pas faire. Les acheteurs de sexe veulent des femmes qui ont l’air d’adolescentes et ils se plaignaient même que celles qui étaient là étaient trop vieilles – alors que la plus âgée du bordel n’avait que 25 ans !

Du porno dans toutes les pièces

Il y avait des vidéos pornos qui passaient dans toutes les pièces, y compris à la réception, et il était impossible d’y échapper. Les hommes demandaient aux femmes prostituées de faire ce qu’ils voyaient dans ces vidéos. C’était clair qu’ils voulaient reproduire ce qu’ils voyaient dans le porno, je le savais parce que j’étais forcée d’en regarder tout le temps. Dans ces vidéos, les hommes n’avaient pas de préservatifs, on voyait trois hommes qui éjaculaient sur le visage d’une femme, qui insultaient et humiliaient des femmes, qui les étranglaient, qui leur tiraient les cheveux, qui les frappaient, il y avait du sexe anal – et ça, c’était le porno standard. La prolifération du porno sur internet a forcé les femmes à accepter des pratiques sexuelles qui n’existaient même pas il y a 20 ans.

Les clients voulaient des femmes qui ressemblent à des actrices pornos – très jeunes, ayant l’air d’adolescentes, avec des implants mammaires et complètement épilées. A cause de ça, et du fait qu’elles étaient en compétition constante avec des femmes plus jeunes et plus attirantes, beaucoup des femmes du bordel avaient recours à de nombreuses et coûteuses opérations de chirurgie esthétique – qu’elles payaient avec ce qu’elles gagnaient, ce qui les fragilisait encore plus financièrement.

Le harcèlement sexuel fait partie du job

Si un homme vous palpe, vous insulte, ou vous harcèle sexuellement quand vous travaillez dans un bureau, vous pouvez vous plaindre auprès de vos supérieurs, et si ça ne marche pas, vous pouvez engager une action en justice. Mais dans la prostitution, vous êtes payée pour être harcelée. Vous êtes payée pour que des hommes aient un accès sexuel à votre corps. Et parce qu’ils payent, les hommes estiment avoir le droit de faire ce qui leur plait.

Même en tant que réceptionniste, vous êtes traitée comme si vous étiez à vendre. Quand vous répondez au téléphone, on vous parle comme si vous étiez une opératrice de téléphone rose. Les hommes qui appelaient jouaient avec moi, essayaient de me séduire. Ça et devoir subir le porno qui passait en permanence, ça relève du harcèlement sexuel sur le lieu de travail.

Le racisme est endémique

J’ai pris de nombreux appels d’hommes demandant des femmes d’ethnicités particulières – en particulier des femmes noires et asiatiques. Quand ils arrivaient au bordel, je voyais que ces hommes étaient toujours blancs. Nous avions rarement des hommes noirs comme clients, mais ils demandaient toujours des femmes blanches. Donc la race et l’ethnicité des femmes étaient un argument de vente, ce qui souligne que les hommes les considéraient comme des marchandises et pas comme des êtres humains.

La façon dont certains de ces hommes parlaient aux femmes asiatiques était dégoûtante. Par exemple, une nuit, deux hommes jeunes sont entrés. Ils avaient l’air d’avoir environ 18 ans. Je les ai présentés à une femme Thai, elle était vraiment toute menue. Ces hommes avaient l’air innocent, des visages frais de gamins – jusqu’au moment où ils ont ouvert la bouche. La façon dont ils lui parlaient était incroyable. Ils se comportaient comme si elle ne comprenait pas l’Anglais alors que je savais qu’elle le parlait. L’un d’entre eux a dit qu’il voulait l’empaler sur sa bite et la détruire. Elle était complètement stressée quand elle en a eu fini avec ces clients. Mais certaines de ces femmes asiatiques ne parlaient pas Anglais – et celles-là étaient très populaires auprès des clients. Je pense que c’était parce que ne pas parler Anglais les rendait encore plus vulnérable et donc plus faciles à manipuler et à contraindre.

Aucune protection au travail

Un des arguments pour la légalisation de la prostitution est que ça donnerait aux femmes les avantages sociaux d’un travail normal. Mais en réalité, ça ne s’est pas produit. Ce n’était certainement pas le cas dans le bordel légal où je travaillais et je n’ai jamais entendu parler d’un bordel où ça l’était – même pas en Nouvelle-Zélande où une de mes amies travaillait aussi dans un bordel.

Au lieu de ça, les femmes étaient vues comme des travailleuses indépendantes et elles étaient rémunérées uniquement pour les clients qu’elles prenaient. Elles ne bénéficiaient d’aucune cotisation retraite, ni pour les congés maternité ni pour une couverture maladie. Elles ne pouvaient pas souscrire une assurance chômage comme dans un job ordinaire. Elles devaient prendre des RTT pendant leurs règles, si elles étaient enceintes, si elles avaient des déchirures anales ou vaginales ou si elles avaient juste besoin de repos pour se remettre des violences et du trauma. Quelle compagnie d’assurance voudrait couvrir ces femmes ? Le risque est trop élevé.

La prostitution n’est pas aussi lucrative qu’on l’imagine. J’ai été surprise de constater que ça rapporte si peu d’argent aux femmes. Il y avait quelques femmes qui voyaient jusqu’à 10 clients par nuit mais la plupart n’en voyaient que deux ou trois, et ce n’était pas rare qu’elles n’en aient aucun. C’était triste de les voir attendre pendant 10 ou 12 heures sans décrocher un seul client – et de savoir qu’elles allaient rentrer chez elles sans avoir rien gagné.

Dans les jobs normaux, les règlements permettent aux employés de faire un break à certaines heures. Mais pas dans un bordel – parce que si un client vous demande, vous devez l’accepter. En théorie, les femmes peuvent refuser un client mais concrètement, ça arrive rarement. Elles doivent payer leur loyer, donc elles doivent accepter les clients. Les hommes réservaient pour une heure, et souvent ils prenaient une autre heure en plus. Une nuit où il y avait beaucoup de clients, une femme pouvait prendre un homme après l’autre sans aucune interruption

Dans un bordel, les clients sont traités comme des rois et tout est fait pour qu’ils baignent dans le luxe. Dans ce bordel, il y avait un salon spacieux avec des canapés en cuir et des tables de billard. La partie réservée aux femmes était au contraire minable : la dizaine de femmes (ou plus) qui travaillaient au bordel devaient se partager une petite pièce encombrée, sans aucune intimité. Elles n’avaient même pas assez d’espace pour s’asseoir confortablement et pouvoir se relaxer entre deux clients.

Le bien-être des femmes prostituées n’est pas une priorité pour les proxénètes, les propriétaires de bordels ou même les gouvernements, qui tous bénéficient de l’exploitation des femmes.

Les femmes sont enfermées

A partir du moment où une femme franchit la porte du bordel au début de sa tranche horaire, elle n’est pas autorisée à partir jusqu’à ce qu’elle ait fini. C’est la règle pour tous les bordels de Victoria. Cela met en évidence le mensonge du lobby du sexe qui prétend que les femmes prostituées sont de petits chefs d’entreprise comme les autres et peuvent aller et venir comme elles veulent.

Au début, je n’ai pas compris pourquoi elles étaient enfermées, on m’a dit que c’était pour empêcher que des drogues soient introduites dans le bordel. Mais c’était absurde : il y avait une règle interdisant les drogues mais la majorité des femmes prenaient des médicaments, des drogues ou de l’alcool pour tenir le coup toute la nuit et supporter la douleur mentale et physique de la prostitution. Je pouvais voir qu’elles étaient sous drogues rien que par leur comportement. Elles se procuraient des drogues ou de l’alcool ou leurs clients en amenaient. La règle n’était pas appliquée, et tout le monde le savait.

Finalement, j’ai compris que la vraie raison pour laquelle les femmes étaient enfermées n’avait rien à voir avec les drogues. Il s’agissait de les contrôler et de les dresser, de les casser mentalement. A tous les niveaux, l’industrie du sexe implique la manipulation, le contrôle et l’oppression des femmes ; j’ai constaté ça même dans un bordel légal haut de gamme.

Risques et dangers pour la santé

La prostitution est le seul travail où le fait de tomber enceinte est un risque du métier. Techniquement, les préservatifs étaient obligatoires mais à chaque équipe de nuit ou de jour, au moins un client demandait combien c’était pour avoir des relations sexuelles sans préservatif. Les femmes m’ont souvent parlé des préservatifs qui se déchiraient, des clients qui les perçaient intentionnellement ou qui les enlevaient subrepticement quand ils les pénétraient en levrette.

Pendant mes années au bordel, le ventre d’une femme s’est mis à enfler. Nous avons toutes pensé qu’elle était enceinte mais elle a insisté qu’elle ne l’était pas et que c’était juste un syndrome du côlon irritable. Finalement, elle est partie et il s’est avéré qu’elle était enceinte de six mois.

Dans les hôpitaux et les cliniques, les travailleurs qui sont en contact avec des fluides corporels comme le sang, la salive, le sperme, l’urine ou les fèces portent des vêtements protecteurs, des gants, des masques. Au bordel, bien que les préservatifs aient été techniquement obligatoires, ni moi ni les autres femmes n’avaient aucun contrôle sur ce qui se passait derrière les portes fermées des chambres.

Chaque passe était censée débuter par une inspection des parties génitales du client par la femme, sous un spot lumineux, en soulevant son pénis et en examinant ses testicules pour voir s’il y avait des lésions ou des boutons. Pouvez-vous imaginer combien c’est humiliant et inconfortable pour les deux parties ? Et de toute façon, il n’y a aucune garantie que cela permette de détecter une MST dont l’homme serait porteur. Pour être honnête, je ne suis pas sûre que les femmes respectaient cette règle parce que, pendant les deux années ou j’ai travaillé dans ce bordel, un seul homme a été refusé parce qu’il n’avait pas passé le test.

Embrasser était considéré comme un extra pour lequel les clients devaient payer un supplément. Mais cela signifiait que les femmes étaient exposées à recevoir la salive des clients dans leur bouche et dans leur vagin s’ils leur faisaient un cunnilingus. Elles recevaient aussi du sperme sur le visage, sur leurs cheveux, et dans leurs yeux quand elles faisaient une fellation. Les « golden showers » (se faire uriner dessus NDLT), aussi un extra, étaient courantes.

Rien ne peut rendre ces pratiques sans risque, et elles deviennent d’autant plus dangereuses quand l’un des partenaires est sous l’influence des drogues et de l’alcool. Les MSTs sont un autre risque du métier dans tous les bordels, y compris les bordels légaux.

Les déchirures de l’anus et du vagin sont aussi fréquentes et les femmes devaient s’arrêter pendant un ou deux mois pour s’en remettre. De telles blessures sont physiquement et émotionnellement traumatisantes et comme les femmes ne sont pas des employées, mais des « travailleuses indépendantes », elles ne sont pas payées quand elles doivent s’arrêter pour récupérer.

Les acheteurs de sexe considèrent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent avec les corps de femmes qu’ils achètent. S’ils payent pour une heure, ils exigent de baiser pendant une heure entière, ils veulent en avoir pour leur argent. Et les femmes doivent utiliser des antidouleurs, des médicaments ou des drogues pour s’anesthésier. Et elles mettent aussi des anesthésiques locaux sur leur anus ou leur vagin. Mais le résultat est qu’elles ne sentent rien quand ces parties intimes sont déchirées, ce qui augmente le risque de lésions graves.

Etre pilonnée violemment dans le vagin, l’anus et la bouche, par des hommes insensibles toute la nuit taxe sérieusement le corps. Les femmes en prostitution paraissent souvent beaucoup plus vieilles que leur âge – ce qui est un signe de stress intense et persistant.

Pas d’inspections du lieu de travail

Depuis que j’ai quitté le bordel, j’ai travaillé dans plusieurs jobs ordinaires – ventes et marketing. WorkSafe, l’administration qui fait respecter les règles de sécurité et d’hygiène au travail, inspecte les locaux chaque année. Il n’y avait bien sûr jamais de telles inspections dans le bordel quand j’y travaillais, j’en aurais été informée s’il y en avait eu. Et s’ils avaient fait les vérifications les plus élémentaires, ils auraient immédiatement fermé l’établissement. Le simple fait qu’il y avait du porno sur des écrans dans toutes les pièces faisait de cet endroit un environnement professionnel non secure. Les femmes étaient exposées à des MSTs et à la violence et aux agressions des clients. De telles conditions de travail n’existent pas dans un travail normal.

La violence est omniprésente

Il y avait au moins un incident de harcèlement, d’insultes, de violence ou de maltraitance envers les femmes chaque nuit où j’ai travaillé au bordel. J’ai moi-même été victime de harcèlement sexuel et d’insultes de la part des clients, même les appels téléphoniques étaient du harcèlement. Je connais une autre réceptionniste à qui, durant un hold up, on a mis un revolver sur la tempe.

Il y avait des boutons d’alarme dans chaque pièce mais ils n’ont jamais été utilisés pendant que j’étais là. C’était juste accepté que les agressions faisaient partie du job. Si les femmes avaient pressé ce bouton – qu’elles auraient eu de bonnes raisons de presser plusieurs fois par nuit – qu’est-ce que je pouvais faire ? J’étais seule, le propriétaire du bordel attendait de moi que je reste à la réception pour répondre aux appels et faire entrer les clients, il n’y avait pas de garde et à ma connaissance, aucun bordel à Melbourne n’en avait

Ce n’est pas surprenant que les femmes en prostitution aient un taux de mortalité bien plus élevé que les autres femmes et courent plus de risques d’être assassinées. Pendant que je travaillais au bordel, une des femmes est morte. On n’a jamais su si elle avait été tuée par son ami, ou si elle avait fait une overdose. En 2017, le corps de Stacey Tierney est resté 12 heures sans être découvert au Dreams Gentlemen Club à Melbourne. Comment une femme peut-elle mourir sur son lieu de travail sans que personne ne s’en rende compte ?

Dissociations et addictions

Je trouvais les clients répugnants. Ils étaient exigeants, grossiers, sexistes, agressifs et violents et beaucoup avaient une hygiène épouvantable. Ils parlaient des femmes comme de morceaux de viande et se plaignaient de la qualité du service. Je trouvais insupportable le seul fait d’être dans la même pièce qu’eux. Pouvez-vous imaginer ce que c’est d’être nue et pénétrée par ces hommes ? Beaucoup de femmes rapportent qu’elles échappent mentalement à cette réalité en se dissociant.

La dissociation consiste à se détacher psychologiquement de votre environnement quand il est trop horrible à supporter. Une femme a décrit ça comme un voyage astral. D’autres disent qu’elles se concentrent sur l’argent et ce qu’elles vont acheter avec. Une autre façon de se dissocier est d’utiliser des drogues ou de l’alcool. La plupart des femmes du bordel étaient addicts à une drogue ou une autre. Mais de quelque façon qu’elles parviennent à se dissocier, l’impact sur les femmes est terrible.

Secrets et mensonges

Presque sans exception, les femmes avec qui je travaillais mentaient à leur famille et à leurs amis sur ce qu’elles faisaient. Une femme dont j’étais proche s’était inventé une carrière imaginaire. Elle a créé un site web et a fait imprimer des cartes professionnelles avec un nom de société fictive. D’autres femmes disaient qu’elles nettoyaient des bureaux la nuit. Certaines disaient qu’elles étaient strippers, ce qui est généralement considéré comme une meilleure option que la prostitution. Mais les femmes que je connaissais passaient souvent du strip-tease à la prostitution parce qu’elles se sentaient davantage en sécurité et avaient l’impression d’avoir plus de contrôle dans cette activité. Vivre un mensonge vous embrouille la tête. Si c’était un travail si formidable, pourquoi mentiraient-elles ?

Mais en même temps, ces femmes doivent être d’excellentes actrices, pour faire semblant d’aimer les abus et la dégradation qu’elles sont payées pour supporter. Pour intéresser les hommes, elles doivent paraître charmantes et heureuses. Pour qu’un homme les réserve, elles doivent le persuader qu’elles le trouvent intéressant et séduisant. Et ensuite, elles doivent faire semblant d’aimer d’avoir un rapport sexuel avec lui, et même d’avoir un orgasme. Pouvez-vous imaginer ce que tout ça fait à votre santé mentale à la longue ?

Isolement social

Dans le bordel où j’ai travaillé, la plupart des femmes faisaient l’équipe du soir. Travailler la nuit a non seulement un impact négatif sur votre santé mentale et physique, cela vous isole aussi de la normalité. J’ai remarqué que la plupart des femmes dans le bordel n’avaient des relations sociales qu’avec des femmes et des hommes de ce monde.

Je travaillais deux nuits par semaine pendant deux ans. Je n’arrivais jamais vraiment à rattraper le sommeil perdu, et je me sentais dans un état de décalage horaire permanent. La durée moyenne d’une équipe pour les femmes du bordel allait de 7 heures du soir à 6 heures du matin. Pouvez-vous imaginer de faire cet horaire cinq ou six nuits par semaine pendant des années ?

Même si les femmes travaillaient avec jusqu’à dix autres femmes selon les équipes, elles s’adressaient rarement la parole. Elles étaient en compétition pour attirer l’attention des clients, et cela créait des rivalités et du ressentiment. La combinaison de tous ces facteurs faisait que beaucoup de ces femmes étaient coupées de leurs familles et de leurs amis et devenaient souvent gravement isolées socialement.

Des mères seules

Une proportion très importante des femmes du bordel avait des enfants. Elles disaient qu’elles avaient choisi cette activité à cause des horaires flexibles. La plupart faisaient les équipes de nuit et s’occupaient de leurs enfants pendant la journée. Mais sûrement, il devrait y avoir de meilleures options que la prostitution pour les femmes en général et les mères en particulier ? Cela me fait réaliser à quel point il est important que les femmes obtiennent des salaires égaux, de meilleures opportunités et plus de flexibilité au travail, afin de pouvoir concilier les responsabilités de la maternité et le travail. Aucune femme ne devrait être forcée de recourir à la prostitution pour élever ses enfants.

Au moins deux des femmes que je connaissais au bordel se sont vu enlever leurs enfants quand les autorités ont découvert qu’elles étaient prostituées : leurs ex-compagnons les avaient dénoncées à des agences de protection de l’enfance. Cela montre clairement le double standard et l’hypocrisie de la société : je n’ai jamais entendu parler d’un client qui ait perdu ses enfants parce qu’il était client.

Vous ne pouvez pas mentionner la prostitution dans votre CV

Bien que j’aie eu officiellement le titre de « manager de bordel », et que c’était un job légal impliquant des compétences transférables, je n’ai jamais mentionné cet emploi sur mon CV. J’ai seulement dit que j’étais administratrice dans un centre de massage – mais même ça avait l’air louche. On ne peut pas mentionner qu’on a été prostituée sur un CV. Alors, comment les personnes prostituées peuvent-elles décrocher un travail quand on leur demande de rendre compte de chaque semaine de leur vie sur leur CV ? Et les compétences apprises au bordel (la dissociation, flatter les clients, tout supporter) ne sont pas vraiment utilisables dans une industrie normale.

Pour la plupart des femmes, le bordel était une voie sans issue. C’était affligeant à observer. Les femmes étaient de moins en moins souvent « réservées » par les clients au fur et à mesure qu’elles vieillissaient. Pour certaines, la seule option était de devenir manager de bordel ou réceptionniste. Il n’y avait vraiment pas d’autre porte de sortie pour elles.

Personne ne fait des stages de formation dans un bordel

Dans les lycées australiens, les lycéens doivent faire des stages sur des lieux de travail pour acquérir une expérience professionnelle. Ils font des stages dans diverses industries, commerces, professions libérales, l’hôtellerie, etc. Je n’ai jamais entendu parler d’un étudiant placé dans un strip club ou dans un bordel, et les conseillers éducatifs ne le suggèrent jamais. Disons les choses clairement : aucun parent ne veut que ses enfants fassent un stage dans un bordel, et pas davantage les autres personnes qu’il aime.

L’industrie du sexe est intrinsèquement sexiste

Beaucoup de gens peuvent voir le problème du sexisme dans la publicité par exemple, mais sont aveugles au sexisme dans la prostitution. Pendant mes deux années au bordel, je n’ai pas vu une seule cliente. Les clients étaient tous des hommes. Pas une seule exception. Et toutes les personnes qu’ils achetaient étaient des femmes. Pas une seule exception. Il y a des prostitués mâles, mais ce sont presque toujours des hommes qui les achètent. La prostitution est intrinsèquement sexiste. Et rien ne pourra changer ça.

Quand nous légalisons l’industrie du sexe, nous légalisons le sexisme et l’oppression sexuelle des femmes. C’est pour ça que je milite pour le modèle nordique.

Jacqueline Gwynne

Jacqueline Gwynne a écrit des articles pour « Collective Shout » et « Nordic Model Now ». Son histoire figure dans le livre « Prostitution Narratives » édité par Melinda Tankard Reist et Caroline Norma, publié par Spinifex Press. Jacqueline est membre du bureau et secrétaire de « Pink Cross Australia ». 

Texte original en Anglais sur https://nordicmodelnow.org/tag/jacqueline-gwynne/

Traduction Francine Sporenda

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2018/09/30/jai-ete-receptionniste-dans-un-bordel-legal/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s