Egalitaria (Caroline) : Une impossible quête de sens ?

Le confinement nous pousse à faire face à nos choix de vie. Sont-ils vraiment ceux que nous voulions ? Sommes-nous égaux et égales face au destin, ou bien nos trajectoires sont-elles conditionnées… ?

En ces temps troublés, je vous ferais grâce de mon journal de confinement ainsi que de mes observations philosophiques sur la beauté du silence et les vertus réparatrices de la solitude (parce qu’on va arrêter de se mentir : s’il est des périodes propices au lyrisme, celle que nous traversons n’en est pas une). En revanche, j’ai pensé qu’il serait intéressant de se pencher sur la question du sens – celui que revêt nos vies, et auquel nous sommes aujourd’hui durement confronté-es. 

Car cette crise, et le confinement qui en découle, nous oblige à prendre acte de certaines réalités. Des réalités que, jusqu’ici, nous n’avions pas vues… ou pas voulu voir. 

Ainsi, nombre de personnes qui ont la chance de pouvoir télétravailler prennent soudain conscience que leur job n’est de toute évidence pas essentiel au fonctionnement de la société et se retrouvent à cligner des yeux devant leur écran, se demandant si envoyer des e-mails et assister à des réunions contribue vraiment à rendre le monde meilleur. (Spoiler : non).

Les individus confinés à Paris se demandent pourquoi ils et elles restent dans une ville qui leur soutire un SMIC tous les mois pour vivre dans des conditions à peine salubres. 

Les personnes coincées avec des enfants survoltés se demandent, entre ironie et effroi, ce qui les a poussées à se lancer dans la merveilleuse aventure de la parentalité.

Enfin, les couples forcés de passer 24h sur 24 ensemble commencent à se demander ce qui les a initialement attirés l’un chez l’autreet pourquoi il ne se nourrit que de chips, et qu’est-ce que c’est que cet immonde jogging gris ?! 

Cette période d’introspection forcée fera naître, sans aucun doute, des prises de conscience et des révolutions personnelles. Certain-e-s plaqueront rageusement leur bullshit job, tandis que d’autres s’empresseront de remplir les papiers du divorce une fois le confinement levé. Beaucoup réfléchiront à leurs aspirations post-crise, transi-es par l’idée que la vie ne tient bel et bien qu’à un fil. D’autres se poseront également la question des choix qu’ils ont fait jusqu’ici, tout aussi importante, sans doute, que celle de l’avenir. 

Que disent nos choix de la société dans laquelle nous évoluons ? Les avons-nous vraiment fait en toute autonomie ? Les modèles que nous suivons veulent-ils vraiment notre épanouissement, ou ne sont-ils que l’expression d’une norme sociale rigide ? Autrement dit : qu’est-ce qui nous a mené-es jusqu’à notre situation actuelle, et en sommes nous satisfait-es ? 

(Voilà. Prenez un papier, un crayon, et réfléchissez. De toute façon, vous n’avez que ça à faire).

Un papa, une maman, des enfants, et beaucoup d’emmerdements

Les discussions sur les effets pervers que pourrait avoir le confinement sur les femmes (charge mentale accrue, enfermement avec un conjoint violent, etc) m’ont également amenée à me demander pourquoi nous continuons à révérer le couple hétérosexuel et la famille censée allée avec, alors même qu’il n’est une garantie d’épanouissement pour personne. Il y a quelque chose d’absurde à vouloir faire d’un modèle le seul valable, alors même qu’il est pour de nombreuses personnes source de frustration, d’ennui, d’asservissement, voire pire : de violences. 

Cette réflexion, je l’ai entamée en voyant fleurir les mêmes et autres vidéos « humoristiques » où l’on voit des hommes ironiser sur la cuisine de leur compagne (suggestion amicale : et s’ils faisaient eux-mêmes à bouffer ?), les kilos qu’elles prendront inévitablement après avoir englouti leur poids en Kinder Pingui, la pilosité néanderthalienne qu’elles arboreront à la fin du confinement, les engueulades et agacements du quotidien qui donnent envie de mettre la tête dans le four, le télétravail avec les enfants qui se transforme en épreuve du feu, l’envie de s’enfuir seul à l’autre bout du monde.

Si l’on comprend évidemment que cette situation fasse naître des tensions dans les familles, ou qu’elle exacerbe celles qui existaient déjà, on peut s’interroger sur la persistance de ce stéréotype de l’homme pris au piège de son foyer, martyrisé par une femme psychorigide et épuisé par des enfants qui exigent trop d’attention

Avec peut-être un soupçon de naïveté, on se demande : si tant d’hommes considèrent le couple – et plus globalement la famille – comme une prison, pourquoi continuent-ils à s’y jeter tête baissée ? (Les abonnés à la mauvaise foi répondront sans doute quelque chose comme : « on m’a forcé »)

Pourquoi le modèle de la famille hétéroparentale reste t-il glorifié – ceux qui s’y épanouissent le moins étant souvent ceux qui s’y accrochent le plus – alors même qu’elle échoue à garantir le confort, la sécurité, l’épanouissement et le bonheur de l’ensemble de ses membres ? 

Tout cela me fait penser à cet ancien journaliste devenu skipper, parti conquérir sa nouvelle vie en mer juste après la naissance de son troisième enfant – laissant bien sûr à sa femme la charge de la vie domestique et familiale. Déçu par « le rythme métro-dodo-boulot », « appelé par l’océan », il a tout de même pris soin de se marier et de faire trois enfants avant de plaquer sa vie routinière – et d’hypothéquer sa maison, parce que quand même, pourquoi tout plaquer quand on peut aussi mettre sa famille dans la merde ?

Il est intéressant de constater l’existence de ce paradoxe selon lequel la constitution d’une famille constitue un signe de virilité et même une forme de légitimation sociale pour les hommes (l’ombre du chef de famille, quoique dépourvue de toute existence légale depuis 1970, rôde toujours au-dessus de nos têtes), tout en étant considérée comme un emmerdement, la fin des réjouissances, le début de la captivité, un truc pénible qui gêne aux entournures comme un foutu pull en laine. 

Mais si les configurations familiales « classiques » échouent à satisfaire tant d’individus, pourquoi perpétuons-nous ce modèle avec insistance ?

S’il est une chose que nous apprennent les sketchs sur les emmerdements de la vie de couple et/ou de famille (outre que le sexisme se porte toujours bien), c’est qu’au fond, nous aurions été tout aussi (voire plus ?) heureux en suivant un autre modèle. Que les schémas que nous sommes habitué-es à suivre depuis la naissance ne sont pas l’oeuvre de notre libre-arbitre, mais celle d’une société qui s’occupe de désirer pour nous. 

C’est ainsi que nous avançons dans la vie, cette procession de « suites logiques » comme disent certain-e-s avec une pointe de résignation dans la voix, couple cohabitant – mariage – enfants, comme par un automatisme essoufflé qui, des années plus tard, nous fera dire que rien de tout cela ne nous rend finalement heureux. Qu’autre chose était possible, que l’on n’a pas vu, ou plutôt pas été autorisé-e à voir. 

Car dès l’enfance, nous sommes incité-es à envisager la vie comme une course de fond, une succession d’étapes et de cases à cocher pour acquérir ses galons d’adulte respectable. Le mariage et la vie de famille restent des étapes fondatrices, que les femmes sont socialisées à désirer plus que tout, tandis que les hommes s’y dirigent en traînant les pieds, comme contraints par une force extérieure – on leur répète bien assez tôt que l’amour, c’est un truc de meuf. 

Ironie de la situation, ce sont pourtant eux qui en bénéficient le plus, tant sur le plan de la santé physique que de la santé mentale.

Les femmes, elles, restent les grandes perdantes du couple hétéro – a fortiori s’il y a des enfants.

La professeure de sciences politiques islandaise Anna G. Jonasdottir (citée par Emma dans sa dernière BD « Le pouvoir de l’amour »explique que les femmes sont éduquées à exprimer leur amour en prenant soin des autres (tout en sacrifiant leurs propres besoins), tandis que les hommes se nourrissent de l’amour et de l’attention de leur compagne pour conquérir le monde extérieur. Le couple, tout enfermant qu’il puisse être, leur est littéralement utile. (J’avais déjà abordé une partie de ce sujet ici). 

Mais en cette période de confinement, il n’y a plus de monde extérieur. La vie tourne autour du foyer, la seule fenêtre sur l’ailleurs consistant en un écran d’ordinateur, un téléphone et/ou un tour quotidien du pâté de maison. Il n’est plus possible de mettre à profit l’énergie dont on se nourrit dans son foyer pour la diriger vers l’extérieur. Plus possible, non plus, de s’adonner au présentéisme pour évacuer la corvée des tâches ménagères. 

Beaucoup d’hommes comprennent – ou à tout le moins devraient comprendre – ce que vit leur compagne lorsque celle-ci ne travaille pas, ou bien est préposée à la vie domestique en dépit de son activité professionnelle. Un quotidien qui ressemble fort à un jour sans fin, où les miettes, la poussière et les tâches à accomplir réapparaissent chaque matin de manière inéluctable. 

C’est là la nouveauté. Les empreintes dans lesquelles nous glissions nos pas ont été effacées ; les schémas que nous suivions d’un œil aveugle détricotés, et les mondes dans lesquels nous évoluions, soudain fusionnés. En ces temps confinés, les inégalités entre les hommes et les femmes ne souffrent plus d’excuses, parce que nous vivons désormais toutes et tous dans les mêmes sphères.

Tout repenser

Maintenant que nous avons du temps, ce temps dont nous sommes d’ordinaire si souvent privés, nous avons désormais toute latitude pour réfléchir à nos aspirations – ce que nous voulons, et non ce que la société veut pour nous. 

A quoi rêvons-nous vraiment ? Quelle vie voulons-nous mener, et auprès de qui ? Le couple est-il vraiment le Graal, et avoir des enfants rend t-il nécessairement heureux ? Faut-il obligatoirement être marié-e et avoir des enfants pour être une famille ? Pourquoi le travail devrait-il nous faire souffrir ? Pourquoi la vie devrait être une épreuve dont il faut sortir vainqueur, et non la recherche, égoïste diront certains, profondément humaine rétorqueront les autres, de ce qui nous fait du bien ?

Et si nous profitions de cette crise pour tout foutre en l’air, dézinguer l’ancien monde avec sa course mortifère à la productivité, son aliénation à des jobs inutiles, ses schémas fondés sur des logiques de domination, ses modèles rigides et prétendument inexorables, ses pressions à se conformer à une norme délétère ? 

Dans une puissante lettre écrite pour France Inter, l’écrivaine Annie Ernaux, s’adressant directement au président de la République, plaidait pour l’avènement d’un nouveau monde : 

« […] C’est un temps propice aux remises en cause. Un temps pour désirer un nouveau monde. Pas le vôtre ! Pas celui où les décideurs et financiers reprennent déjà sans pudeur l’antienne du « travailler plus », jusqu’à 60 heures par semaine. Nous sommes nombreux à ne plus vouloir d’un monde dont l’épidémie révèle les inégalités criantes, nombreux à vouloir au contraire un monde où les besoins essentiels, se nourrir sainement, se soigner, se loger, s’éduquer, se cultiver soient garantis à tous, un monde dont les solidarités actuelles montrent, justement, la possibilité. »

Ce monde-là, nous pouvons faire plus que le rêver.

Egalitaria (Caroline) 

https://egalitaria.fr/2020/04/06/une-impossible-quete-de-sens/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s