Orly Noy : J’écris pour me souvenir de la brutalité de la violence juive que j’ai vue à Jérusalem

l y a eu le père palestinien qui a essayé de sauver sa fille de la police, les jeunes kahanistes qui scandaient « mort aux Arabes » dans les rues, la peur que j’ai ressentie lorsqu’on m’a demandé si j’étais gauchiste. J’écris pour me souvenir de tout cela.

Depuis le début du ramadan ce mois-ci, la police de Jérusalem a interdit aux Palestiniens de s’asseoir sur les larges marches de l’entrée de la porte de Damas, la principale place de la vieille ville, et d’organiser des rassemblements en soirée en l’honneur du mois sacré. Cette décision arbitraire, pour laquelle aucune explication plausible n’a été donnée, a déclenché une vaste protestation palestinienne. La police, comme si elle n’attendait que l’occasion parfaite, a transformé l’endroit en un champ de bataille nocturne.

Dans ce contexte de violence, les militants du groupe suprémaciste juif Lehava ont appelé leurs partisans à arriver en masse jeudi « pour restaurer la dignité juive », après la diffusion de plusieurs vidéos TikTok montrant des Palestiniens harcelant des Juifs ultra-orthodoxes dans la ville. Soutenus par leurs représentants siégeant actuellement à la Knesset, des centaines de partisans de l’organisation kahaniste ont répondu à l’appel, arrivant dans la région avec l’objectif déclaré d’attaquer les Arabes (ou alternativement, les gauchistes).

Ils se sont dirigés vers la Porte de Damas en scandant « mort aux Arabes », faisant de ce jeudi la nuit la plus violente que Jérusalem ait connue depuis des années. Nous, les militants de gauche de Jérusalem, sommes également venus pour essayer de faire contrepoids aux fascistes qui défilaient dans les rues de la ville.

Si j’écris maintenant, ce n’est pas parce que j’ai la conviction que décrire la zone de guerre dont j’ai été témoin dans les rues de Jérusalem cette semaine, ou entrer dans les détails de la jeunesse juive qui a scandé « mort aux Arabes » au cœur de la ville, changera quelque chose. Je sais que cela ne changera rien.

J’écris parce que j’ai besoin de décomposer cette folie en ses éléments les plus élémentaires – afin de pouvoir peut-être mieux la comprendre. J’écris pour apporter mon témoignage, parce que je ne peux rien faire d’autre. J’écris pour me souvenir.

Pour me souvenir que parmi les nuages de gaz lacrymogènes et le bruit assourdissant des grenades assourdissantes tirées sur les Palestiniens, j’ai vu un père tenant la main de sa fille, essayant de fuir ensemble.

Je me souviens des yeux terrifiés de l’adolescent qui a été traîné par les policiers après qu’ils aient foncé sur un groupe de jeunes Palestiniens.

Se souvenir des marches vides en face de la porte de Damas, dont les Palestiniens sont interdits depuis le début du ramadan.

Pour me souvenir que, lorsque la puanteur du « Skunk » – un véhicule qui projette un liquide nauséabond à grande vitesse pendant les manifestations palestiniennes – m’a presque fait vomir et que les excréments des chevaux de la police ont été laissés sur le sol, je me suis demandé si la municipalité allait nettoyer la saleté le lendemain, et combien il doit être insupportable de rompre le jeûne les nuits de ramadan après avoir été trempé par les eaux usées putrides du « Skunk ». Ces nuits sont censées être les plus festives de l’année.

Se souvenir du son des grenades qui résonnait longtemps après que j’ai quitté la zone.

Se souvenir que je n’ai pas eu peur lorsque j’ai vu une meute de kahanistes assoiffés de sang s’approcher. Au contraire, j’ai été choqué par leur nombre et leur jeunesse.

Se souvenir que j’ai eu peur, plus tard dans la nuit, lorsque quelques jeunes Juifs nous ont demandé : « Êtes-vous des gauchistes ? ».

Pour me souvenir des Juifs ultra-orthodoxes qui se tenaient de l’autre côté du tramway de Jérusalem, près du côté juif du quartier de Musrara, et qui regardaient les explosions des grenades paralysantes tirées à la porte de Damas avec de l’excitation dans les yeux.

Se souvenir du jeune homme à la kippa qui discutait avec un Palestinien de l’autre côté d’une barricade de police avant de lui dire : « Nous allons tous vous massacrer, vous savez que nous allons vous tuer un par un. »

Pour se souvenir des feux d’artifice qui illuminaient le ciel lorsque les kahanistes chantaient « N’aie pas peur, Israël, n’aie pas peur ».

Pour me souvenir des militants de gauche qui se promenaient en très petits groupes, parfois par deux.

Pour me souvenir qu’en quittant la maison, ma fille m’a demandé : « Si tu les vois frapper quelqu’un, que pourras-tu faire ? » et je n’avais aucune idée de comment répondre.

Orly Noy

Orly Noy est rédactrice à Local Call, militante politique et traductrice de poésie et de prose en farsi. Elle est membre du conseil exécutif de B’Tselem et militante du parti politique Balad.

https://www.972mag.com/jewish-supremacy-violence-jerusalem/

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s